TOMMASO PROTTI, LAURÉAT DU PRIX CARMIGNAC 2019, EXPOSÉ À Paris

Entre janvier et juillet 2019, Tommaso Protti a parcouru l’Amazonie brésilienne d’est en ouest, l’observant de derrière son objectif. Depuis, le photojournaliste italien établi à São Paulo a reçu le prix Carmignac du photojournalisme, dont la dixième édition se focalisait sur l’Amazonie et les enjeux liés à sa déforestation.

Le lauréat de ce prix, qui soutient la production de reportages sur la violation des droits humains et les enjeux environnementaux, est désormais exposé à la Maison européenne de la photographie à Paris, ainsi que sur les grilles de l’Hôtel de Ville, jusqu’au 16 février 2020.

Vaste région étalée sur neuf pays d’Amérique du Sud, l’Amazonie a déjà vu 17 % de sa superficie disparaître. Accompagné dans son périple par le journaliste britannique Sam Cowie, Tommaso Protti a traversé les régions de Maranhão et de Rondônia, comme les États du Pará et de l’Amazonas.

À travers une série de clichés en noir et blanc, le photojournaliste livre un portrait brut et transversal d’une Amazonie brésilienne bouleversée autant par des crises sociales et humanitaires que par la destruction de sa forêt.

“Je souhaitais illustrer les transformations sociales en dénonçant le massacre et la destruction qui ont actuellement lieu dans la région. Ces différentes formes de violence sont les conséquences de changements au niveau du marché international et celles d’une augmentation exponentielle de la consommation à l’échelle mondiale, de la cocaïne à la viande de bœuf”, a déclaré Tommaso Protti, évoquant le point de non-retour que l’Amazonie s’apprête à connaître, alors même qu’elle accueille 70 % de la biodiversité mondiale et 30 millions de personnes.

©Tommaso Protti

De ces photographies en noir & blanc réalistes qui nous ramènent au photojournalisme des puristes des années 50, il en ressort des compositions esthétiques et des performances techniques modernes et saisissantes. L’exposition ouvre une fenêtre sur l’un des enjeux environnementaux, sociaux et humanitaires majeurs de notre temps avec ce travail qui s’est déroulé peu avant les incendies ayant ravagé la forêt amazonienne en août 2019.

Informations pratiques
Maison européenne de la Photographie (MEP)
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris
Jusqu’au 16 février 2020
Plein tarif : 10 euros
Tarif réduit et moins de 26 ans : 6 euros

Pour en savoir plus sur l’exposition, rendez-vous sur le site de la MEP.
Pour plus d’informations sur le travail de Tommaso Protti, rendez-vous sur son site.

P

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.