Rencontre Photographique : Laurent Van der Stockt

Né en 1964 en Belgique, Laurent Van der Stockt a couvert les conflits d’Irak, d’ex-Yougoslavie, d’Afghanistan, de Tchétchénie… Il débute dans le milieu de la photographie, à l’âge de 14 ans : il travaille alors dans un laboratoire photo, “bien avant de penser à faire du journalisme”. En 1990, il intègre l’agence Gamma.

« L’Irak, maintenant, je n’y retourne plus. Il y a trop d’inimitié de la part des habitants, trop de problèmes de sécurité… Se promener avec un appareil photo, en Irak, est devenu dangereux. Alors on vole des images, on sort peu. On ne peut pas construire un récit correctement (…) En Yougoslavie, les gens comprenaient l’importance de la présence des journalistes. Ils comprenaient que ce métier était important. Aujourd’hui, en Irak, au Pakistan le seul fait d’être un étranger est déjà un risque en lui-même. »

« En 1991, un an après être entré  dans une agence, j’ai eu un accident en Yougoslavie. J’ai reçu un éclat d’obus dans le bras. J’ai été immobilisé pendant deux ans. J’ai eu le temps de réfléchir. J’ai compris que je m’étais éloigné de mon objectif premier. J’avais adopté de mauvaises manières pour rapporter un évènement. Il fallait que je prenne plus de temps pour faire mon travail, pour faire un travail qui reste. »

Tchétchénie, décembre 1999. Combattants tchétchènes en chemin pour Grozny. Ils traverseront les lignes de front russes devant l’armée pour entrer dans la ville et la défendre. © Laurent Van der Stockt / Gamma

« Les enfants sont un sujet qu’il faut manier avec plus de prudence et de pudeur que d’habitude, car c’est un sujet qui touche l’émotionnel des gens. Et une photographie « émotionnelle » est toujours dangereuse. Beaucoup de journaux en utilisent, parce que c’est « attendrissant ». Quand ils utilisent mes photos d’enfants sur un mode larmoyant et émotif, j’ai l’impression de voler quelque chose et d’être volé par les médias. »

« C’était en Somalie, lors des grandes campagnes de distribution de riz. Mais le riz n’arrivait pas là-bas ! Un pick-up de 15 sacs de riz est arrivé, au milieu d’une vingtaine de photographes. Je me suis senti incapable de faire cette photo. Ils ne distribuaient pas de nourriture. On a une responsabilité personnelle. Si on sait que ce n’est pas vrai, on ne doit pas participer à la diffusion de ces images. J’ai juste fait une photo de la masse de photographes.”

Mostar, Bosnie, septembre1993, dans l’enclave de Mostar Est
© Laurent Van der Stockt / Gamma

Propos recueillis par Margaux Duquesne

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.