Guillaume Zulli à la galerie Folia

La galerie Folia présente les œuvres de trois grands photographes qui concourraient pour le prix Camera Clara, réservé aux artistes qui travaillent à la chambre photographique. Le lauréat est Guillaume Zulli, dont le travail sur Los Angeles « Urban jungle », présenté récemment chez la galeriste Clémentine de la Féronnière, est repris ici.

© Guillaume Zulli

Photographe de l’agence VU’, il travaille en Inde entre 1986 à 1995 et publie en 2003 son premier livre Pondichéry, Chandernagor, Mahé, Karibal et Yanaon aux éditions du Chêne. À partir de 1996, son œuvre photographique se dessine, et questionne la complexité des villes européennes à travers l’Histoire. En s’intéressant à la technique de la double exposition, il documente Berlin, Moscou, Paris, Prague et Lisbonne, avec un style qui se détache déjà du réalisme.
Dans cette même lignée de l’utilisation de techniques argentiques tout à fait singulières, il documente son obsession du mythe Américain. Dans L.A. Cromos, il traite en série les icônes américaines (chaque tirage subit un traitement Chromoskedasic qui en fait une pièce unique) : la Ford 58, Elvis, le signe Coca-Cola… Il affine en parallèle son empreinte photographique, marchant vers l’abstraction du grain, dans les séries Smoke and Mirrors et plus récemment San Pedro.

©Patrick Tournebœuf

Patrick Tournebœuf du collectif Tendance floue présente « Périphérique », une « vision silencieuse du boulevard parisien ».
A l‘opposé de l‘image habituelle d‘un périphérique surchargé de voitures, bruyant, en mouvement permanent, les photos nocturnes de Patrick Tourneboeuf nous offrent une vision silencieuse et contemplative du boulevard le plus célèbre de Paris. Ponts, échangeurs, rampes de sorties : en s‘attachant à l‘architecture des différents ouvrages qui jalonnent le périphérique, ce travail en révèle l‘aspect monumental.

© Mustapha Azeroual

Et Mustapha Azeroual avec Ellios≠2 confronte les techniques de prises de vue, historiques et contemporaines.
Né en 1979 à Tours, Mustapha Azeroual est photographe d’origine franco-marocaine. Il vit et travaille entre Paris et Casablanca.
Scientifique de formation, son travail se fonde sur l’observation et l’expérimentation, confrontant les techniques historiques de prise de vue et de tirages aux enjeux contemporains de la photographie. Interrogeant les outils, les processus d’apparition et les supports, l’artiste privilégie avant tout le point de vue du spectateur.

Galerie Folia, jusqu’au 17 mars, 13, rue de l’Abbaye, Paris 6e.

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.