Biennale des photographes du monde arabe contemporain

La Biennale des photographes du monde arabe contemporain est une initiative conjointe de l’Institut du monde arabe et de la Maison européenne de la photographie. Cette première édition développera un panorama singulier des photographes contemporains qui opèrent depuis le début des années 2000, dans – et sur – le monde arabe. Reposant avec l’Institut du monde arabe et la Maison européenne de la photographie sur une complémentarité de compétences, l’événement se déploiera entre ces deux grandes institutions, proches et séparées par la Seine.

D’une rive à l’autre, l’IMA et la MEP constitueront les deux pôles géographiques d’un parcours le long duquel le visiteur découvrira plusieurs expositions, présentées dans des galeries privées et des espaces publics partenaires de la manifestation (Cité des arts, Mairie du IVème arrondissement, association Graine de photographe, Galerie Basia Embiricos, Galerie Photo 12, Galerie Binôme).

La Biennale réunira des œuvres signées d’artistes originaires des pays arabes en dialogue avec des travaux de photographes occidentaux. Autant de visions d’une région du monde plurielle et vivante, rayonnant au-delà de ses frontières. Cette manifestation a pour ambition de devenir un rendez vous important pour la photographie contemporaine.

Scarlett Coten, Mohaned – Série Mectoub, Alexandrie, Egypte, 2013

Pour la première édition de la Biennale des photographies du monde arabe l’IMA choisit de monter une exposition collective. Nommée Histoire(s) contemporaine(s), elle met en perspective les œuvres d’une trentaine d’artistes photographes, émergents et confirmés, investissant avec pertinence une question, un sujet suscité par ce vaste territoire. Originaires des pays arabes et européens, les artistes en présence font preuve d’une grande mobilité. Ils ont cette impérieuse nécessité d’aller à la rencontre de leur sujet, de poser leur regard là où ils le veulent, parfois bien au-delà de tout territoire familier. Ne cherchant ni l’exhaustivité, ni la mise en avant de particularismes susceptibles de caractériser la pratique de la photographie au sein des pays arabes, l’exposition privilégie les regards d’auteurs. Mehdi Medacci et Lazare Djeddaoui en Syrie, Amélie Debray en Palestine, Diana Matar en Libye, Hicham Gardaf à Tanger sont plus que de simples témoins. Ils investissent pleinement leur sujet et privilégient la série à l’œuvre unique. Leurs images touchent à l’histoire politique et sociale récente des pays arabes, et contiennent en elles toutes les mutations et les contradictions en présence.

Le public découvrira ainsi la richesse et la diversité des points de vue de ces artistes opérant aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur du monde arabe. Menant un véritable travail d’écriture visuelle et mettant leur œil à distance, ils s’inscrivent dans cette tendance contemporaine de la photographie mêlant l’art au document.

Au travers de plusieurs thématiques telles que Paysages, Intérieurs, IdentitésMémoires et récits, c’est simultanément l’histoire de la photographie et l’histoire des individus et des sociétés que l’on convoque ici.

Jusqu’au 17 janvier 2016

Institut du Monde Arabe
Tous les jours (sauf lun) 10h-18h, nocturne vendredi jsq 21h30, WE et jrs fériés jsq 19h
Tarifs : entrée 10€, tarif réduit 5€.
1 rue des Fossés-Saint-Bernard – 75005 Paris 5e

La Maison Européenne de la Photographie
Ouvert au public du mercredi au dimanche, de 11h à 19h45. Fermé lundi, mardi, jours fériés,
Tarifs : entrée 10€, tarif réduit 5€.
5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.