Wildlife Photographer of the Year 2018

L’édition 2018 a mis en lumière le néerlandais Marsel van Oosten qui a remporté le titre de photographe animalier de l’année, la principale catégorie. Sa photographie nommée “The Golden Couple” (le couple en or) immortalise deux Rhinopithèques de Roxellane dans la forêt tempérée des monts Qinling en Chine, l’unique habitat de ces primates en danger d’extinction. “En un sens, cette image est un portrait classique. Mais il est aussi frappant, et quels animaux magiques ! C’est un rappel symbolique de la magnificence de la nature, et combien nous avons à perdre avec l’appauvrissement de la biodiversité“, s’est exclamée Roz Kidman Cox, la présidente du jury. “Dans un monde esclave des effets spéciaux, cette image célèbre la majesté et la féerie de la nature, et nous rappelle notre rôle crucial dans sa protection“, à de son côté déclaré Sir Michael Dixon, le directeur du Musée d’Histoire Naturelle de Londres qui est associé au concours depuis 1984 et qui l’organise désormais seul.

Marsel van Oosten “The Golden Couple”

Le second premier prix, celui du jeune photographe animalier de l’année 2018, a primé Skye Meaker, un jeune sud-africain de 16 ans pour sa photographie mettant en scène un léopard dans la réserve de Mashatu, au Botswana. “Grâce à un timing et une composition d’une grande précision, nous jouissons d’un précieux aperçu du monde intérieur de l’un des fauves les plus souvent photographiés, et pourtant des plus difficiles à apercevoir“, s’est enthousiasmé Alexander Badyaev, membre du jury et ancien lauréat du concours.

Les photographies du Wildlife Photographer of the Year ont cette année été sélectionnées parmi 45.000 clichés envoyés depuis 95 pays. En tout, la compétition comprend 16 catégories pour les adultes (plus de 18 ans) et 3 catégories pour les plus jeunes, en fonction de leur âge. Les photographes français Emmanuel Rondeau et Greg Lecoeur ont par ailleurs été distingués dans les catégories “Les animaux dans leur milieu” et “Photojournaliste : image isolée” respectivement pour leurs clichés nommés “Tigerland” et “Life Among Litter”. 100 photos du concours sont exposées au Musée d’Histoire Naturelle de Londres depuis le 19 octobre 2018 avant d’être montrées dans d’autres pays comme le Canada, l’Espagne ou encore les Etats-Unis.

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.