Genesis de Sebastião Salgado à la MEP

245 photographies sont visibles à la Maison Européenne de la photo à Paris. Genesis est le titre de cette exposition réalisée au terme de huit ans de travail et d’une trentaine de voyages à travers le monde. Les clichés sont présentés suivant cinq lieux géographiques (“Aux confins du Sud”, “Sanctuaires naturels”, “Afrique”, “Terres du Nord”, “Amazonie et Pantanal”), qui sont autant de régions du monde explorées par Sebastião Salgado.

La préoccupation qui ressort de cette exposition est celle de l’environnement. Salgado photographie les hommes et les bêtes qui vivent sur des territoires isolés. Il a voulu témoigner. Il est parti à la rencontre de tribus isolées et d’animaux sauvages. “Quelque 46 % de la planète vivent encore au temps de la Genèse”, rappelle Salgado. L’artiste s’est évertué, au cours des 32 voyages réalisés ces dernières années, à pied, en avion, en canoë et même en ballon, à retrouver ces régions (montagnes, déserts, océans) sur lesquelles l’homme n’a pas imprimé sa marque. Exemple avec cette vue du confluent du Colorado, en Arizona.

D’abord connu pour ses reportages auprès des damnés de la terre, Sebastião Salgado a su muer en paysagiste et photographe animalier. “Salgado est un chasseur de lumière dans un monde de ténèbres”, disait son compatriote, l’ancien président du Brésil Lula.

Son œuvre fait l’objet d’expositions multiples à travers le monde. Son dernier livre est publié à 250.000 exemplaires et en six langues. Le réalisateur Wim Wenders et Juliano Salgado, son fils, lui consacrent un film (Shade and Light, qui sortira l’an prochain).

Jusqu’au 5 janv 2013 du mercredi au dimanche de 11h à 20h à la Maison Européenne de la Photo
5-7 Rue de Fourcy, 75004 Paris

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.