Prix Pulitzer 2019 : des photos sur la guerre au Yémen et les migrants récompensées

Cette année, les prix photos décernés par le jury Pulitzer mettent en avant les sinistres situations yéménites et sud-américaines.

Les deux récompenses consacrées au photojournalisme, Feature Photography (la photo d’article de fond) et Breaking News Photography (la photo d’actualité), ont respectivement été attribuées à des séries sur la famine au Yémen, résultat de la guerre civile qui y sévit, et sur les caravanes de migrants sud-américains et centraméricains se dirigeant vers les États-Unis.

Abdullah Abdul Wahed Mansour, à droite, se tient, aux côtés de ses camarades, sur les lignes de front d’une région appelée al Zunuj, sur le versant nord de l’ancienne ville de Taiz. Il a perdu une jambe dans une explosion d’une mine antipersonnel, il y a deux ans. La ligne de front qui entoure la ville n’a pas beaucoup bougé depuis ces deux dernières années. Des coups de feu sporadiques sont échangés, mais aucun des deux côtés n’essaie vraiment de gagner du terrain. (© Lorenzo Tugnoli/Prix Pulitzer 2019)

Pour le Washington PostLorenzo Tugnoli a couvert la guerre yéménite et la catastrophe humanitaire qu’elle a entraînée, notamment la situation de famine qui touche durement la population. Les images du photographe italien sont difficiles à soutenir, tant leur “beauté et [leur] composition entrelacent leur caractère dévastateur”, précise le comité Pulitzer. Prises sur les lignes de front ou à l’intérieur d’hôpitaux, elles présentent des enfants entre la vie et la mort, des civils dont la guerre est le quotidien et des soldats mutilés.

En ce qui concerne les images d’actualité, c’est l’équipe de l’agence de presse Reuters qui a été distinguée pour son “récit visuel éclatant et saisissant de l’urgence, du désespoir et de la tristesse des migrants qui traversent le continent américain, du sud ou du centre, jusqu’aux États-Unis”.

Les photoreporters ont suivi les centaines de milliers de réfugiés tentant de traverser la frontière entre le Mexique et les États-Unis, chose devenue de plus en plus compliquée tant la politique migratoire du président américain se durcit.

Un coq passe à côté du cadavre d’un membre du gang Barrio-18 à San Pedro Sula, au Honduras, le 28 septembre 2018. (© Gotan Tomasevic/Reuters/Prix Pulitzer)
Une petite fille qui “voyage” avec une caravane de milliers de migrants partie d’Amérique centrale jusqu’aux États-Unis serre ses effets personnels contre elle, sur le chemin entre Mapastepec et Huixtla, au Mexique, au lever du soleil, le 24 octobre 2018. (© Adrees Latif/Reuters/Prix Pulitzer)
L’agent des patrouilles frontalières américaines Marcelino Medina cherche du regard d’autres migrants tandis qu’il appréhende un homme et une femme pour traversée illégale de la frontière américaine depuis le Mexique à côté de McAllen au Texas, le 2 mai 2018. (© Adrees Latif/Reuters/Prix Pulitzer)

Par Lise Lanot, publié le 18/04/2019 sur https://cheese.konbini.com

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.