Un an après la révolution, les artistes tunisiens à Paris

Un an après la révolution tunisienne, aussi appelée la « Révolution du Jasmin », l’Institut du Monde Arabe (IMA) donnent la parole aux artistes. A la fois créateurs et citoyens, témoins et acteurs, ils ont suivi les évolutions de leur pays et les enjeux de ce mouvement de révolte. Par la pratique de leur art, ils s’expriment sur la laïcité, le droit des femmes, les premiers pas vers la démocratie… Car après la chute du dictateur Ben Ali au pouvoir pendant vingt-trois ans, les premières élections libres ont été organisées.

Profitant d’une liberté d’expression toute récente, les artistes explorent de nouveaux espaces où ils ne sont plus sous surveillance. Photographes, plasticiens, peintres ou sculpteurs, ils témoignent des événements vécus pendant cette révolution. Ils questionnent ou interprètent cette période de changement. Les vingt et un artistes exposés sont tunisiens pour la plupart mais quelques œuvres d’artistes étrangers, particulièrement sensibles à cette révolution, sont aussi présentes.

L’exposition, explique sa commissaire Géraldine Bloch, est « un hommage à la révolution et au peuple tunisien mais cette fois à travers des artistes plasticiens et différents médiums représentés et non pas à travers la photo documentaire et journalistique. »

 

L’exposition « Dégagements… La Tunisie un an après » se tient jusqu’au 1er avril à l’Institut du Monde Arabe, à Paris.
Métro :  Maubert – Mutualité, Jussieu
Tous les jours de 10h à 18h, sauf les lundis Bibliothèque : tous les jours de 13h à 20h sauf dimanches et lundis
Tarifs : Musée : 4 €/gratuit jusqu’à 12 ans. Expositions: 8,50 €/6,50 € (-26 ans)/gratuit jusqu’à 12 ans

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.