Yasuyoshi Chiba remporte le World Press Photo 2020

Le photographe Yasuyoshi Chiba a remporté jeudi 16 avril le prestigieux World Press Photo de l’année 2020, pour une image d’un jeune homme récitant un poème au milieu de manifestants au Soudan, qui, aux yeux des jurés, symbolise « l’espoir ».

Avec son caractère « poétique », le cliché, qui a reçu cette récompense, la plus élevée du concours de photojournalisme World Press Photo, illustre le pouvoir de la jeunesse et de l’art, ont estimé les juges. Yasuyoshi Chiba, un photographe japonais basé à Nairobi, a aussi obtenu, avec cette même image, le premier prix dans la catégorie Informations générales, image seule. Il travaille pour l’AFP.

Pris le 19 juin 2019 à Khartoum, le cliché de Yasuyoshi Chiba montre un jeune homme, la bouche grande ouverte, au milieu d’habitants de la capitale soudanaise qui scandent des slogans, récitant un « poème de protestation », notent les jurés. Portant une chemise bleu clair, il est éclairé par une dizaine de téléphones portables. Au premier plan apparaît un visage souriant, de profil.

« C’est le seul groupe qui manifestait pacifiquement que j’ai rencontré pendant mon séjour et j’ai été touché par la solidarité invaincue de leur révolution », explique à l’AFP Yasuyoshi Chiba, 48 ans. La photo « montrait que les gens avaient toujours cette passion à l’intérieur et j’avais le sentiment d’être l’un d’eux », poursuit-il. « J’ai vu comment la forte volonté des gens était là et qu’elle ne pouvait pas être étouffée par la violence », ajoute-t-il.

Après la destitution par l’armée, sous la pression de la rue, du dictateur Omar Al-Bachir en avril 2019, les manifestations se sont poursuivies au Soudan avant la mise en route en août d’une transition vers un pouvoir civil. Le cliché de Yasuyoshi Chiba « illustre le pouvoir de la jeunesse, il montre le pouvoir de l’art. Il illustre l’espoir », observe Tanvi Mishra, un membre du jury.

Plus globalement, « l’œuvre remarquable de Chiba témoigne de son talent, de son courage, de son travail acharné et de son professionnalisme », a déclaré le directeur de l’information de l’AFP, Phil Chetwynd, qui a ajouté que « ce prix témoigne de l’engagement constant de l’AFP à raconter des histoires dans des endroits difficiles tels que le Soudan et est un hommage à notre réseau inégalé de photographes en Afrique », a-t-il poursuivi.

« Je suis d’autant plus satisfaite de ces récompenses qu’elles soulignent l’importance d’être au plus près du terrain, partout et sur la durée, et au plus proche des gens en particulier », s’est réjouie Marielle Eudes, la directrice de la photographie de l’AFP.

Vous pourriez aimer aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.